Les différentes méthodes de diagnostic de structure

Les différentes méthodes de diagnostic de structure

30/05/2023 Non Par Agnes Besson

Le diagnostic de structure est une opération qui permet d’avoir une idée précise sur la santé structurale d’un bâtiment. Il permet d’identifier les éléments qui pourraient éventuellement créer un problème. Le diagnostic de structure est incontournable si vous souhaitez avoir une idée globale de l’état technique d’une construction. Quelles sont cependant les différentes méthodes de diagnostic de structure ? Découvrez-les dans ce guide.

L’examen visuel

L’examen visuel est la première méthode utilisée lors d’un diagnostic de structure. Il permet d’avoir un aperçu de l’état général d’un ouvrage. Les éventuels désordres sont répertoriés et le professionnel indique leur emplacement exact. Il est aussi conseillé de prendre des images. L’examen visuel est suffisant dans le cadre d’une simple inspection de routine. Aussi, en absence d’anomalies visibles, cette première méthode de diagnostic structurel est suffisante. Par contre, si les techniciens remarquent des dysfonctionnements, le diagnostic doit être complété avec d’autres méthodes.

L’étude documentaire

Dans le cadre d’un audit de structure, l’étude documentaire est la deuxième méthode utilisée par les experts du domaine. Cette phase permet de collecter toutes les informations pertinentes relatives à la construction, aux matériaux utilisés et autres aspects. Cependant, il faut noter qu’il existe des constructions pour lesquelles il n’existe aucune documentation exploitable. Dans un cas pareil, l’équipe d’expert est obligée de sauter l’étape de la documentation. Cependant, cette méthode de diagnostic de structure peut être très importante pour une bonne compréhension des anomalies remarquée sur la construction.

Les sondages structurels

Cette troisième méthode du diagnostic structurel permet de réaliser différents sondages structurels sur une construction. Pour arriver à des conclusions fiables et exploitables, les techniciens effectuent des sondages destructifs, mais aussi non destructifs.

Les sondages non destructifs

Dans la catégorie des sondages non destructifs, il y a par exemple le sondage par Ferroscan, le contrôle par radar GSSI et le test au scléromètre.

  • Le sondage par Ferroscan

Le sondage par Ferroscan est un incontournable du diagnostic structurel. Il s’agit d’un pachomètre qui permet de localiser les armatures métalliques et leur enrobage. Ce sondage est efficace pour obtenir une imagerie et des résultats immédiats. Par ailleurs, il faut noter que la marge d’erreur est assez réduite avec cet appareil.

  • Le contrôle par radar GSSI

Le contrôle GSSI est un sondage qui vient en complément au précédent. Cet appareil permet aux techniciens d’inspecter le ferraillage du bâtiment. Aussi, il est utile pour une parfaite inspection des dalles et autres. Grâce au radar GSSI, il est possible de rechercher les éventuelles anomalies au niveau des fondations de la construction.

  • Le test au scléromètre

Ce test en particulier permet de connaitre le niveau de résistance du béton. Le scléromètre offre la possibilité de projeter une bille d’acier sur une surface précise dans le but de mesurer le rebond. En fonction du résultat obtenu, les experts pourront déterminer la résistance du béton.

Les sondages destructifs

Cette catégorie regroupe les opérations de carottage ou de burinage. Pour le carottage, des prélèvements sont réalisés sur le terrain afin de permettre aux techniciens de faire des tests en laboratoire. Le burinage est aussi une méthode de diagnostic structurel incontournable.